Rocher d'Aran

16-07-2006

Christiane, Jean Paul.

Dénivelée : 786 m

Distance : 4,800 Km AR

Total : 4H00 (montée 2H04)

Beau temps.

Carte IGN 1546 ET - 1/25000

Laruns - Gourette

Arrivée au sommet du Rocher d'Aran.

Le samedi, en fin de matinée, après avoir fait le Pic d'Orhy, nous quittons Port de Larrau, pour redescendre en camping-car sur Tardets, où nous virons à droite pour Montory, Arette, Issor, et nous montons au col de Marie Blanque, où nous nous installons pour le reste de la journée et la nuit.

Le dimanche matin, nous descendons en direction de la vallée d'Ossau jusqu'à la barrière qui limite la circulation des véhicules en hiver, au niveau d'une carrière.

- 7H05 - 995 m Nous franchissons le premier portail de la carrière, mais nous prenons la piste qui part sur la droite, juste avant la seconde barrière d'accès à la carrière. Ce chemin est bordé de Campanules étalées, de Cirses des marais, de Géranium herbe à Robert, et de Fraisiers... Très vite, un cairn nous indique que nous sommes dans la bonne direction.

- 7H10 La piste fait un lacet à gauche (cairns), alors que nous trouvons des Ancolies et du Gaillet jaune.

- 7H16 La piste passe juste au-dessus de la carrière, et nous trouvons du Méconopsis du Pays de Galles. Le chemin se raidit et devient sentier.

- 7H23 - 1120m Après avoir esquivé un gros rocher par la droite, l'itinéraire s'infléchit légèrement sur la gauche.

- 7H27 Arrivant dans une clairière, nous traversons une ancienne piste. L'itinéraire est toujours abondamment cairné.

- 7H30 Dans la grande clairière suivante, nous appuyons sur la gauche, sur une sente cairné assez raide. Nous trouvons de la Brunelle, du Lotier corniculé et des Campanules à feuilles rondes.

- 7H40 - 1230m Après un nouveau passage en sous-bois, à l'extrémité d'un affleurement rocheux, une barrière nous donne accès à un alpage, dominé par le Rocher d'Aran. Le sentier part dans sa direction (toujours cairné), et nous subissons une attaque massive de bestioles toutes aussi désagréables les unes que les autres: taons, mouches, moustiques, etc... Nous repérons, malgré tout, le Serpolet, les Orchis de Fuchs, les bouquets d'Aconit Napel et de Cirses laineux, la Bruyère commune, l'Achillée millefeuille, l'Horminelle des Pyrénées, les Ancolies des Pyrénées, le Millepertuis de Burser, et les Campanules agglomérées.

- 7H56 - 1330m Nous passons à la "fontaine de Congles" (abreuvoir), et poursuivons en suivant les nombreux cairns (trop nombreux). Voici les Silènes enflés, les Oeillets de Montpellier, la Germandrée des Pyrénées, et l'Alchémille.

- 8H08 - 1400m Nous suivons sur la gauche, le sentier qui pénètre à nouveau dans la forêt. C'est à ce moment là que nous trouvons des Orchis vanillés et les premiers Edelweiss de la journée. Au-dessus, les Edelweiss seront par endroits, si nombreux, qu'il faudra les éviter pour ne pas les écraser...

- 8H23 Nous traversons un très beau passage dans la hêtraie.

- 8H30 Nous sortons définitivement de la forêt, profitant d'une superbe vue sur le Rocher d'Aran, dont il nous faudra atteindre le col sur la gauche. Nous remarquons les Gymnadénies à long éperon, l'Hélianthème nummulaire, les Chardons bleus, la Piloselle, le Saule des Pyrénées, la Mauve sylvestre, la Potentille fausse Alchémille, l'Hellébore vert et l'Épiaire officinale.

Un alpage, dominé par le Rocher d'Aran.

- Après avoir monté une portion hors sentier, nous suivons une sente vers la droite, qui nous permet d'atteindre le col à gauche du Rocher d'Aran (9H00 - 1710m); mais qu'il ne faut pas confondre avec le col d'Aran qui se situe à 600 mètres de là, au Sud-Est. Avant d'atteindre ce col, nous remarquons la présence du Saule glauque.

Le col à atteindre...

- Nous suivons le sentier de crête sur la droite, où nous trouvons des Asters et des Raiponces orbiculaires.

- 9H09 - 1796m Nous voici, sans difficulté, au sommet du Rocher d'Aran. Le temps est brumeux, et la vue est limitée au Sud-est... Nous voyons très bien le Cinq Monts, le Lauriolle, le Montagnon de Bielle et le Mailh Massibé. Plus à l'Ouest, nous reconnaissons le Billare, le Pic d'Anie, le Soum Couy et le Pic d'Arlas, avec la station de la Pierre Saint Martin qui se détache très nettement à ses pieds. Au delà du col de Marie Blanque, nous devinons Oloron dans la brume. Enfin nous faisons face au Pic des Escurets et dominons le plateau du Bénou. A l'Est, se dresse le Moulle de Jaout.

La vue au Sud-sud-est.

- 9H22 Sans attendre l'arrivée de la grosse chaleur, nous entamons la descente qui se fera par le même itinéraire que celui de la montée.

- 11H05 Nous sommes de retour au camion.

Randonnées