Gallinero

31-07-2016

Christiane et Jean Paul.

Dénivelée : 858 m

Distance : 10,600 Km

Total : 4H50 Montée : 2H44

Beau temps au départ et nuages au sommet.

Les repères de type (GA01) renvoient au tableau de coordonnées GPS

Téléchargement direct des points grâce au travail de

Jean Pierre Guyon

Marmotte

Nous avons passé la nuit dans le camping-car sur le parking supérieur de la station de Cerler (Plano del Ampriu), point de départ de notre rando à 1900m d'altitude.

Le gallinero vu du Plano del Ampriu

- 7H10 – 1900m (GA01) Nous démarrons du "plano del Ampriu" en empruntant la piste à droite des bâtiments de la station de ski. Nous bénéficions d'un magnifique lever de soleil qui colore les sommets en orange. Un copain d'armée (comme disent les anciens) déclarait "Aube rouye : belle plouye", c'est-à-dire qu'une aube rouge annonce la pluie... Pour l'instant le Trèfle blanc partage l'espace avec le Lotier des Alpes aux couleurs orange et jaune particulièrement contrastées.

Lever de soleil sur le Gallinero

- 7H13 – 1898m (GA02) Nous prenons la piste qui monte sur notre droite en direction de la "Colladeta del Gallinero" (Ouest). La flore se diversifie : nous trouvons du Mélilot élevé, du Gaillet jaune, du Trèfle violet, de l'Achillée millefeuille et de l'Achillée des Pyrénées, des Rhinanthes à feuilles étroites (Crêtes de coq), de la Bardane à petites têtes et des Vesces cracca.

La piste qui monte en direction de la "Colladeta del Gallinero"

- 7H24 – 1939m (GA03) Nous ignorons le sentier qui part sur la gauche pour continuer à monter sur la piste direction Ouest. La pente devient très raide, et les pauses botaniques servent de prétexte pour souffler un peu... Nous prenons donc tout notre temps pour observer : la Vipérine, les Iris des Pyrénées, l'Hellébore fétide, les Chardons bleus, le Séneçon à feuilles d'Adonis, la Crapaudine, les Oeillets de Montpellier et les Oeillets à delta, les Cirses des champs, les Gentianes jaunes, le Vératre blanc, les Épilobes à feuilles étroites et les Épilobes des montagnes, les Centaurées jacées, les Knautias de Godet, les Mauves musquées, le Millepertuis perforé, le Trèfle des montagnes, l'Aconit tue-loup, et les étonnantes touffes de Molopospermum du Péloponnèse qui ressemblent étrangement à des fougères avec des fleurs en ombelle. Une marmotte traverse le chemin juste devant nous pour rejoindre son terrier.

- 8H06 – 2140m (GA04) Au terme d'une rude montée, nous ne sommes pas mécontents de prendre la piste qui part sur la gauche (Sud), dont le profil est beaucoup plus confortable. Pour notre plus grand plaisir, les marmottes sont de plus en plus nombreuses...

MarmotteMarmottesMarmotte

- 8H13 – 2166m (GA05) La piste descend vers la gauche. Nous trouvons de la Renouée Bistorte et des Orchis de Fuchs.

- 8H17 – 2152m (GA06) Au niveau de la station intermédiaire du télésiège "El Gallinero", nous continuons sur la piste qui monte sur la droite en passant sous le second tronçon du télésiège. Notre relevé botanique s'étoffe encore avec les Silènes enflés, les Campanules fausse-Ficaire, l'Anthillide des montagnes, la Valériane officinale, le Salsifis douteux, les Trolles, l'Antennaire dioïque (Pied de chat), le Calament clinopode, le Géranium des forêts, les Chardons des Pyrénées, les Vergerettes des Alpes, l'Alchémille de Lapeyrouse, le Serpolet et l'Adonis des Pyrénées. Nous remarquons qu'il y a aussi beaucoup de Pulsatille des Alpes en fruits.

Adonis des Pyrénées

- 8H41 – 2270m (GA07) La piste traverse un ruisseau et vire à 90° vers la droite. Il y a de la Renouée vivipare, mais nous remarquons que les Orchis vanillés ne sont plus très parfumés...

- 8H50 – 2315m (GA08) Nous virons à droite au niveau d'une cabane située côté gauche de la piste. Nous remarquons qu'un grand nombre d'alouettes virevoltent autour de nous. Notre relevé botanique s'étoffe encore avec l'Hélianthème nummulaire, l'Aster des Alpes, le Saxifrage paniculé, la Doronic à grandes fleurs et l'Androsace velue.

Pic Saullé (ou Cerler)

- 9H16 – 2488m (GA09) Alors que nous approchons de la ligne de crête, la piste part sur la droite pour une série de 5 lacets. Hélas les nuages commencent à envelopper le sommet du Gallinero, faisant fondre nos espoirs d'un point de vue quatre étoiles comme nous l'avions imaginé... Nous trouvons des Gentianes printanières et du Vélar des Pyrénées.

- 9H30 – 2578m (GA10) Au niveau du dernier lacet avant de rejoindre la gare supérieure du télésiège, nous trouvons des marques de balisage vertes et noires.

- 9H32 – 2594m (GA11) Un cairn en bord de piste marque le départ d'un sentier (balisé en vert et noir) qui monte sur la gauche. Cet itinéraire est très raide et très inconfortable et nous préférons donc suivre la piste en direction du sommet du télésiège "El Gallinero" (direction Nord-ouest).

- 9H37 – 2625m (GA12) Nous passons au pied de la gare supérieure du télésiège que nous laissons légèrement sur notre droite pour descendre dans une petite cuvette.

- 9H38 – 2622m (GA13) Un cairn marque le départ de la sente qui va nous permettre de rejoindre la ligne de crête que nous remonterons plein Sud. Nous remarquons quelques pieds de Linaire des Alpes qui se nichent dans les creux de rochers.

- 9H42 – 2641m (GA14) Le sentier parfaitement bien cairné rejoint la ligne de crête. Il y a maintenant du Myosotis des Alpes et de très belles stations de Joubarbe des montagnes.

- 9H44 – 2653m (GA15) Un cairn confirme l'itinéraire sur la ligne de crête.

- 9H46 – 2662m (GA16) Au sommet du pierrier, un cairn marque le sentier. Le brouillard nous a enveloppé et nous serons bien contents de retrouver tous ces cairns à la descente...

- 9H48 – 2676m (GA17) Encore un cairn qui pourrait paraître inutile par beau temps, mais qui nous est bien utile aujourd'hui...

- 9H50 – 2694m (GA18) Les Globulaires rampantes s'épanouissent autour d'un beau cairn.

- 9H54 – 2728m (GA19) Nous voici au sommet du Gallinero marqué par un grand cairn orné de drapeaux de prières. Le ciel bleu n'est pas loin, mais les nuages nous enveloppent et nous privent d'un point de vue qui s'annonçait magnifique.

Le sommet du Gallinero marqué par un grand cairn orné de drapeaux de prières.Le point de vue est limité...

Nous ne verrons pas le Turbón qui se trouve plein Sud, 300m en-dessous de nous, pas de Cotiella, de Mont-Perdu, d'Ériste, de Gourgs Blancs, de Posets, de Perdiguère, de Maupas, de Maladeta ni d'Aneto en vue pour aujourd'hui... L'objectif de la journée était pourtant de bénéficier de ce point de vue exceptionnel, mais l'abondance de la flore a cependant compensé cette frustration, et nous sommes très heureux de nous trouver ici malgré le brouillard.

- 10H15 – 2625m (GA12) Nous repassons au pied de la gare supérieure du télésiège et redescendons par la piste que nous avions empruntée pour la montée.

Pic Saullé (ou Cerler)

- Il est "midi pile" lorsque nous sommes de retour au "plano del Ampriu", alors que le sommet du Gallinero commence à se dégager...

Retour au "plano del Ampriu", alors que le sommet du Gallinero commence à se dégager...

Nous mangeons au camion avant de reprendre la route, et nous essuyons un orage en arrivant à Benasque. Nous empruntons une magnifique route qui longe le río Esera par le Congost de Ventamillo pour rejoindre Aínsa, puis une route toute aussi belle entre Boltaña et Fiscal avant d'arriver à Sabiñanigo. Nous passons par Jaca et Puente la Reina de Jaca avant de longer l'embalse de Yesa pour rejoindre Lumbier. Nous rentrons par Aoiz et Burguete pour franchir le col d'Ibañeta au-dessus de Roncevaux afin de rejoindre Saint-Jean-Pied-de-Port. Nous passons par Saint-Palais et Bidache pour arriver en soirée à Bardos.

 

Randonnées