Adarza

06-03-2001

J. Paul, J. Pierre

Dénivelée : 910m

Distance : 9,600 km

Total : 3H40 (montée 2h00)

Vent violent.

Carte IGN TOP25 - 1346 OT

Saint Jean Pied de Port

Adarza

Partis d'Anglet à 8H05, nous passons par Baïgorry que nous traversons, et continuons jusqu'à Banca. A l'entrée du village, juste après le pont, nous prenons  petite route à gauche qui monte en lacets au dessus du village. Vite après un hangar agricole (sur la gauche), nous laissons la voiture au dessus d'une ferme, à la croisée d'un chemin carrossable sur la gauche.

   -   9H30 (575m) Nous partons par ce chemin et tournons immédiatement à droite (plein Est) pour monter le long d'un champ clôturé.

   -   9H40 (620m), Nous passons à Antcharteko borda (équipée de cellules photovoltaïques), et nous remontons vers l'Est un "chemin creux" caractéristique.

   -   9H45 (640m) Au carrefour de chemins (grand arbre à l'angle d'une clôture), nous passons un portail pour continuer vers l'Est. Les Hellébores verts se couchent sous les rafales de vent, tandis que les violettes se blottissent sous la végétation environnante.

   -   10h00 (730m) Nous nous engouffrons dans une cabane métallique pour reprendre notre souffle, tant les rafales veulent nous signifier le chemin du retour... Il s'agit en fait d'un observatoire ornithologique qui semble devoir s'envoler à tout instant! Les vautours planent sur notre tête, se régalent de cette abondance d'énergie!

   -   Reprenant notre chemin, nous avons la surprise de trouver une route goudronnée que nous suivons jusqu'à  Erdizako borda (818m). Nous remarquons la magnifique "serrure" en bois de la borde située un peu plus loin sur la gauche. Nous continuons le large chemin qui prolonge la route goudronnée en coupant le grand virage, ce qui nous permet de découvrir les premières Gentianes printanières de l'année. Les Hépatiques et les Jonquilles s'empressent à leur tour d'attirer notre attention. La vue sur L'Oylarandoy au nord est superbe, derrière nous à l'Ouest se dresse la silhouette de l'Autza.

   -   10H40 (925m), Nous atteignons Urdiako lepoa, où nous découvrons les cimes enneigées telles que  l'Orhy, l'Anie, sur notre droite l'Urkulu qui n'a plus de neige, sur notre gauche, nous reconnaissons le Monhoa où nous étions le mois dernier. Nous tournons à droite pour suivre un balisage vert et blanc qui nous conduira jusqu'au sommet de l'Adarza. Nous laissons quelques instants l'itinéraire de crête pour aller observer la cabane en ruine et quelques grottes et abris sous roche.

   -   10H55 (1060m), Nous passons au sommet d'Arrolakoharria. Une plaque commémore la bataille qui se déroula en ces lieux les 3 et 4 juin 1793. "Arrolako harriaren gudua": La bataille du rocher d'Arrola. Sur le flanc sud de ce ressaut rocheux, nous pouvons encore observer les restes d'une redoute.

Redoute d'Arrolakoharria au premier plan et Adarza

   -   Il ne reste plus qu'à lutter contre les rafales d'un vent de Sud qui redouble de violence... Faisant parfois des écarts latéraux d'un bon mètre, nous montons directement au sommet de l'Adarza (11H30 - 1250m) où nous sommes accueillis par des pottoks qui semblent ignorer totalement les assauts  de l'haize egoa (vent de sud)...

   -   Une énigmatique construction voûtée en forme de tunnel, à voûte en berceau brisé, nous indique une possible présence romaine passée. L'hypothèse qu'il s'agit d'un ermitage du XVIème siècle semble également plausible. Jean Pierre remarque que son état ruiniforme ne semble pas avoir tellement évolué depuis son dernier passage, cependant, Eugène Goyhenetche mentionne dans son ouvrage "Le Pays Basque" édité en 1979, la présence de deux voûtes de 3m de haut et 8m de long bâties sur l'emplacement de deux cromlechs.

    -  Légèrement plus au sud, une autre construction est à l'état de ruines, une petite vierge se trouve là, blottie au creux de quelques pierres, dans un jardin de Daphnés lauréole. Une plaque mentionne "Banka - Anauze - Lasa": les trois communes environnantes: Banca, Anhaux et Lasse.

   -   Nous ne tardons guère au sommet, et nous descendons rapidement plein Ouest par cette magnifique crête qui nous a séduit à la montée. Les Narcisses bulbocodium se réveillent sur notre passage.

   -   Bientôt, l'arête s'arrondi et se divise en deux parties. Nous appuyons sur la droite pour viser une borde au toit de tuiles rouges, surmontée d'un petit éperon rocheux. Nous observons les boules de Gui blanc dans les arbres avant d'investir l'enclos situé sur l'éperon cité précédemment, pour en faire notre salle à manger (11H05). C'est le seul moment de la journée où nous serons à l'abri du vent... Nous sommes entourés de Ficaires et de Cardamines des prés.

   -   12H30 Nous descendons en direction de la borde au toit de tuiles en franchissant un portail sur le chemin qui longe la clôture supérieure. Cette borde mérite un coup d'oeil: accolée à la roche, le sous sol est aménagé pour les animaux. Sur la porte arrière sont clouées quelques croix en signe de protection...

   -   Nous descendons à la route que nous empruntons sur la droite. Deux magnifiques Violettes odorantes se protègent du vent au creux d'un rocher.

    -  13H10 Nous arrivons à l'auto, secs mais sacrément éventés!

    -  En descendant en voiture vers Banca, nous découvrons dans le sous-bois, un magnifique parterre de Lathrée clandestine. Les Euphorbes des bois sont en pleine floraison.

Randonnées