Galice - Castilla y León - Asturies

Jeudi 28 avril 2022

Nous démarrons d'Itxassou à 13H45, et nous rejoignons l'autoroute A64 à Anglet pour prendre la direction de la frontière espagnole. Nous passons à Bilbao avant de laisser Santander sur notre droite pour passer à Torrelavega.

Nous prenons la sortie 324 en direction de Santillana del Mar pour rejoindre Cobreces où nous avions prévu de faire halte sur l'aire de stationnement réservée pour les camping-cars (43°23'19.8" Nord - 4°12'38.7" Ouest - 17H30). Hélas, nous constatons que l'aire est en travaux et les ouvriers nous indiquent qu'il ne sera pas possible d'y passer la nuit... Nous décidons donc d'aller passer la nuit à côté de la chapelle San Felices y San Pedro qui se trouve à une centaine de mètres plus au Nord : 43°23'22.8" Nord - 4°12'43.7" Ouest. Il s'agit d'un ancien monastère qui date du Xème siècle, et qui est actuellement utilisé comme cimetière. Nous y passerons une soirée et une nuit très calme.

Cobreces

Vendredi 29 avril 2022

Nous quittons Cobreces à 7H45, et nous passons par San Vicente de la Barquera pour rejoindre l'autovia A8.

Nous passons Unquera et prenons la sortie 383 en direction de Luanco au niveau de Gijón. Nous rejoignons ainsi le Cabo de Peñas (Cabo Penes) à 10H00 : 43°39'17.6" Nord - 5°50'55.5" Ouest. Nous faisons un petit tour à pied pour profiter de ce site magnifique en bord de falaises. Nous y trouvons une flore particulièrement abondante et variée telle que : l'Arctothèque, une superbe fleur jaune que nous avions trouvée en abondance dans le Nord du Portugal, mais aussi les Silènes à une fleur, l'Orobanche pubescente, l'Arméria maritime, le Grémil à rameaux étalés, l'Asphodèle de Villars, l'Anthyllide des montagnes, la Vesce du Bengale, le Narcisse bulbocodium et les Scilles printanières.

Cabo PenesCabo Penes

Arctothèque

Nous repartons 3/4 d'heure plus tard en repassant par Luanco pour retrouver l'A8 à Tabaza. Nous pouvons dire, depuis que nous avons dépassé Saint-Sébastien, que la Centranthe rouge est omniprésente sur les bas-côtés...

Nous prenons la sortie 431 pour rejoindre Cudillero, où nous stationnons sur l'immense parking du port (43°33'54.4" Nord - 6°08'40.8" Ouest). Nous commençons par manger dans le camping-car en observant les nombreux goélands.

CudilleroGoéland leucophée

Nous partons à pied pour voir le village qui nous fait énormément penser aux villages italiens des Cinque-Terre que nous avions visités au printemps 2018. Les maisons se regroupent en arc de cercle à flanc de falaise, dominant la place et la cale de mise à l'eau des bateaux. L'ambiance est très conviviale et les nombreux restaurants proposent des menus composés de poissons et de fruits de mer.

CudilleroCudillero

Nous remarquons en particulier un magnifique étalage d'opernes (parfois appelé "pouce-pied" ou "Anatife")... Il s'agit d'un petit crustacé qui vit solidement accroché aux rochers battus par les vagues de l'Atlantique, mais sa pêche est extrêmement réglementée pour sauvegarder l'espèce. Pour leur préparation, il faut les plonger dans de l'eau de mer bouillante (filtrée), à laquelle on ajoute un court-bouillon constitué de vin blanc sec, d'un bouquet garni et d'un solide nuage de piment d'Espelette. Il faut les laisser cuire pendant 20 minutes avant de les laisser refroidir pour les déguster accompagnés d'un verre de Txakoli à l'heure de l'apéritif. A savoir qu'il existe une confrérie des Chevaliers de l'Operne à Biarritz.

Opernes

Ce village de Cudillero mérite vraiment le détour, et il a l'avantage, tout au moins en cette saison, d'être beaucoup moins envahi par les touristes que les villages des Cinque-Terre...

Nous reprenons la route à 13H10 et reprenons la A8 que nous quittons à nouveau à la sortie 438 en direction d'Oviñana. Nous rejoignons ainsi le Cabo Vidio (13H55) où il est interdit d'aller jusqu'au phare. Nous nous arrêtons donc sur un parking et prenons un sentier en tête de falaise pour rejoindre le phare. Il faut dire que même si le site est agréable, il reste nettement moins spectaculaire que le Cabo Penes où nous étions ce matin... La flore est nettement moins riche, mais nous remarquons cependant la présence de la Centaurée noirâtre.

Cabo Vidio

Nous prenons le temps de boire un café avant de reprendre la route à 14H50. Nous retrouvons la A8 que nous suivons jusqu'à la sortie 477 direction Navia par la N364. Dans Navia, nous traversons le río Navia et tournons immédiatement à gauche pour prendre l'AS-12 en direction du Castro de Coaña.

Nous laissons le village de Coaña sur notre droite pour rejoindre par une petite route un peu plus loin sur la droite, le Castro de Coaña. Nous stationnons sur le parking (14H50) qui se trouve à côté du bâtiment d'accueil (43°30'32.1" Nord - 6°44'57.1" Ouest).

Coaña est un hameau fortifié qui date du IVème siècle avant JC. Situé à flanc de colline, il est délimité par un mur épais dont il reste quelques vestiges, précédé d'un fossé comblé à ce jour.

Le site est composé de différents espaces :

- L'Acropole, une construction triangulaire dont l'accès était protégé par une tour carrée.

- Le secteur habité qui se déploie sous la muraille Nord de l'Acropole. Il est constitué d'environ 80 constructions de dimensions modestes (4 à 6m de diamètre) au milieu d'un dédale de rues et de places. La plupart sont circulaires ou parfois rectangulaires aux angles arrondis. Un vestibule ou corridor donne accès à certaines d'entre elles. Les murs sont en ardoise.

Castro de CoañaCastro de CoañaCastro de Coaña

- L'enceinte sacrée se trouve dans l'enceinte destinée à l'habitation, près de la porte de l'Acropole. Deux éléments font penser à des canalisations et à une sorte de piscine : un récipient en granit ressemblant à une baignoire. Cela permet d'imaginer qu'il s'agissait de thermes ou d'un genre de sauna rustique.

Il est 15H35 lorsque nous reprenons la route en rejoignant l'A8 avant de rejoindre l'A6. Nous nous arrêtons pour faire la vidange sur l'aire de Guitiriz (43°10'38.1" Nord - 7°52'45.9" Ouest), mais le site ne nous enchante guère... Nous décidons de reprendre la A6, puis la AG55 pour rejoindre Fisterra.

Nous sommes très bien accueillis sur l'aire de Fisterra où nous arrivons à 19H30 (42°54'39.8" Nord - 9°15'48.8" Ouest). Cette aire est parfaitement équipée et organisée. Elle se situe dans un site idyllique du Cap Finistère, à l'entrée du village de Fisterra (avec une supérette juste à côté). Le seul bémol serait le bruit de la circulation, mais qui s'apaise nettement au cours de la soirée.

Nous allons faire un petit tour à pied jusqu'au port, et nous pouvons ainsi observer le Monte Pindo qui se dresse en face de nous de l'autre côté de la Ría de Corcubión. C'est le sommet que nous envisageons d'escalader demain matin... 

Monte PindoPort de Fisterra

Samedi 30 avril 2022

Nous démarrons de Fisterra à 8H15, et nous passons par Cee pour rejoindre O Pindo. Nous avons continué encore environ 1km sur la AC-550 pour nous garer au niveau de O Porto de Quilmas, sur un délaissé de route situé sur la gauche.

Il est 9H10 lorsque nous partons pour faire une splendide randonnée qui nous conduira au sommet du Monte Pindo. Dans la première partie de notre ascension, nous sommes dans un décor de blocs de granit rose qui nous rappellent les rochers de Ploumanac'h.

Mais en nous élevant encore un peu, nous surplombons la Ría de Corcubión et nous nous imaginons alors au-dessus des fjords de Norvège...

La partie supérieure de notre randonnée se déroule sur un terrain nettement plus escarpé...

Finalement, le point de vue qui nous attend au sommet récompense très largement nos efforts ! Nous voyons en particulier le Cap Finistère qui se trouve en face de nous direction Ouest.

Nous sommes de retour à l'aire d'accueil des camping-cars pour 16H30, et nous y passons une seconde nuit.

Dimanche 1er mai 2022

Nous reprenons la route vers 9H00, et nous rejoignons la Cap Finistère avec le camping-car, car les prévisions météo ne sont pas très optimistes. En arrivant au Cap, nous constatons que de très nombreux camping-cars ont bivouaqué sur les divers parkings.

Nous faisons un petit tour à pied aux environs du phare, observant en particulier la célèbre chaussure en bronze, scellée sur un rocher juste en-dessous du phare... Elle symbolise la souffrance endurée par les pieds des pèlerins de Saint Jacques de Compostelle qui, selon une tradition récente, brûlent ici leurs chaussures et leurs vêtements avant de s'en retourner aux quatre coins du monde.

Le Cap Finisterre a été considéré durant des siècles comme la limite des terres connues, la frontière de l'au-delà, la fin du monde...

Le phare du Cap Finistère

Comme toujours, nous portons une attention particulière à la flore et repérons ainsi : le Muflier à feuilles de Pâquerettes, l'Éphémère de Rio, le Chardon laiteux et le Bidens doré.

Nous repassons par Fisterra, Cee et O Pindo pour rejoindre Carnota en longeant la côte vers le Sud. Nous nous arrêtons pour aller voir l'horreo de Carnota (42°49'21.7'' Nord - 9°05'25.8'' Ouest). Il est réputé être le plus long de Galice avec ses 35m de longueur...

Horreo de CarnotaHorreo de Carnota

Nous apprécions également la présence des nombreux autres horreos plus modestes qui sont omniprésents dans la région. Ces constructions typiques de Galice et des Asturies étaient destinés à conserver les récoltes. Elles étaient édifiées en hauteur sur des piliers surmontés de dalles en  pierre qui empêchaient les rongeurs de venir les décimer.

HorreoHorreoHorreo

Nous prenons le temps de manger avant de reprendre la route  pour aller voir un autre horreo comparable au précédent à Lira (42°47'56.4'' Nord - 9°07'33.4'' Ouest).

Horreo de LiraHorreo de Lira

Notre attention est attirée par l'appareillage de pierres du mur d'enceinte qui est constitué de blocs taillés à la manière des incas. Ce sont donc maintenant les souvenirs de notre voyage au Pérou qui remontent à notre esprit, et en particulier les murs de la partie ancienne de Cusco...

Nous repartons à 13H45, en direction de Muros, Noia et Porto do Son, pour rejoindre le splendide Castro de Baroña à 15H00 (42°41'41.0'' Nord - 9°01'28.6'' Ouest). Les "castros" sont des hameaux fortifiés dans lesquels les anciens habitants de Galice se réfugiaient en temps de guerre... Ainsi, cette fabuleuse place forte celtique est implantée sur une petite péninsule rocheuse. Elle s’établit, se développa et se consolida depuis la fin de l’âge du bronze jusqu’à l’arrivée des romains. Nous pouvons voir les vestiges des murs qui constituaient plusieurs lignes de défense, et nous sommes étonnés du nombre de constructions circulaires, relativement semblables à celles que nous avions vues à Coaña. Un escalier taillé dans la roche nous permet d'accèder à la partie supérieure du site, et nous bénéficions ainsi d'un splendide point de vue sur ce castro que nous ne sommes pas prêts d'oublier...

Castro de BaroñaCastro de Baroña

Castro de BaroñaCastro de Baroña

Ici encore, nous avons le plaisir de trouver quelques plantes remarquables de bord de mer : l'Ornithogale de Broter, la Giroflée des dunes et la Luzerne marine. Nous croisons également le chemin d'un splendide lézard ocellé.

Luzerne marineLézard ocellé

Il est 16H00 lorsque nous reprenons la route en revenant sur nos pas jusqu'à Noia et nous prenons la direction de Saint-Jacques-de-Compostelle que nous allons laisser sur notre gauche pour rejoindre l'aire privée  de camping-cars de Lavaolla : 42°53'36'' Nord - 8°28'56'' Ouest) où nous sommes très bien accueillis par le gardien.

Lundi 2 mai 2022

Nous quittons l'aire de Lavaolla à 9H30 et reprenons l'A54 puis la N-547, avant de retrouver un autre tronçon de la A54 pour rejoindre la A6 au niveau de Lugo. Nous prenons la sortie 432 pour N-VI en direction de Pedrafita do Cebreiro, et nous rejoignons le village d'O Cebreiro où passe le chemin de Saint Jacques à 11H30.

Nous y faisons une halte de une heure pour aller voir le cœur du village où nous apprécions particulièrement les «pallozas» : de splendides maisons en pierres couvertes d'un toit de chaume.

O CebreiroO Cebreiro

Nous allons également voir l'église préromane "Santa Maria la Real", qui est considérée comme la plus ancienne du Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Christ - O CebreiroVierge - O Cebreiro

Nous prenons le temps de manger avant de retrouver la A6 que nous quittons à la sortie 399 vers N-VI - Carracedelo. Nous rejoignons alors le village de Las Médulas où nous nous installons sur le parking du cimetière, à l'entrée du village sur la droite (42°47'45.8" Nord - 6°45'56.2" Ouest - 13H30).

Las Médulas

Las Médulas est non seulement un village, mais c'est aussi un site classé sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO en 1997, et déclaré Monument Naturel en 2002.Il s'agit d'un petit massif constitué de sables rougeâtres, peuplé de châtaigniers et de chênes verts. Il a été creusé et modelé par les romains pendant près de deux siècles, pour en extraire jusqu'à 800 tonnes d'or. Sous l'action d'un gigantesque et sophistiqué système de canalisations utilisant la force de l'eau à travers des galeries, des lacs et des tunnels, le terrain a été totalement remanié, créant ainsi un site incomparable. Las Médulas sont considérées comme les plus grandes mines d'or de l'empire romain. Après l’arrêt de l’exploitation par les Romains, la végétation autochtone s’est à nouveau installée : genêts, chênes, chênes verts et houx. En même temps s’est développée la culture du châtaignier, dont on peut voir aujourd’hui de très nombreux exemplaires. Certains d’entre eux sont catalogués comme arbres centenaires. Tout cela a créé un paysage spectaculaire caractérisé par les formes capricieuses du terrain parfaitement intégrées au sein de la végétation.

Nous ne perdons guère de temps puisque un quart d'heure après notre arrivée, nous partons déja pour une superbe randonnée dans ce site étonnant.

Dès notre entrée dans le village, nous remarquons une maison à la décoration particulièrement originale.

Nous montons tout d'abord au Mirador d'Orellán qui nous permettra de bénéficier d'un point de vue spectaculaire sur l'ensemble du site.

Las MedulasLas Medulas

Nous cheminons ensuite au cœur d'un décor magnifique ponctué de nombreuses falaises et aiguilles de couleur ocre, pour rejoindre la Cuevaona.

À ce décor minéral s'ajoute le spectacle étonnant que nous offrent les nombreux arbres au troncs creusés et torturés par les éléments.

Nous sommes de retour au camping-car pour 16H30, et nous passons la nuit sur place. Ceci nous donne l'occasion de découvrir, juste à côté de notre bivouac, un parterre de Saxifrage continentale, une espèce que nous n'avions jamais observée...

Saxifrage continentale

Mardi 3 mai 2022

Nous quittons Las Medulas à 9H00 et prenons l'A6 jusqu'à Astorga où nous virons à gauche en direction de León par la N-120. Nous mettons cap au Nord avant de rentrer dans León en empruntant l'AP-66, une autoroute de montagne qui nous permet de traverser des paysages magnifiques. Nous nous accordons quelques minutes de pause (à 11H20) au niveau de l'embalse de Luna, niché aux creux des montagnes.

Embalse de Luna

Alors que nous venons de rentrer dans les Asturies, nous prenons la sortie 64 en direction de Vega del Rey. Nous faisons une étape pour aller visiter l'église de Santa-Cristina-de-Lena (parking : 43°07'38" Nord - 5°48'52" Ouest). Il nous faut seulement quelques minutes pour grimper jusqu'à l'église par un ancien chemin pavé.

 Cette église qui date de l'an 852, présente de très belles proportions architecturales, particulièrement mises en valeur par la couleur chaude de son appareillage de pierres. Elle correspond probablement à l'ancienne fondation de San Pedro et San Pablo de Felgueres, et a très probablement une origine wisigothe.

Santa-Cristina-de-LenaSanta-Cristina-de-Lena

Le plan de l' édifice est en forme de croix grecque. À l'intérieur, la nef est isolée du chœur par un jubé dont les arcades sont formées par trois arcs de pierre reposant sur quatre colonnes de marbre. Une grande porte de réemploi en pierre a été placée en partie centrale. Elle est composée de trois pièces monolithiques sur lesquelles on peut observer des sculptures d'origine wisigothe, reconnaissables aux motifs représentant des figures géométriques et des feuilles.

Santa-Cristina-de-LenaSanta-Cristina-de-Lena

Il est 14H40 lorsque nous reprenons la route en direction d'Oviedo. En arrivant à Oviedo, nous prenons la sortie 32B pour rejoindre la A-63 en direction de Grado. Nous prenons la sortie 9 pour passer à Trubia sur l'AS-288. Nous passons à Tuñon, où nous repérons un parking sur la droite, au bord de la voie verte del Oso, où il est possible de bivouaquer(43°17'29.4" Nord - 5°58'57.6" Ouest).

Nous continuons sur l'AS-288 qui remonte la vallée du río Trubia, et nous nous arrêtons sur un parking situé à l'intersection avec l'AS-360 qui arrive sur notre gauche. Il se trouve à côté de l'aire récréative de Las Xanas, au départ de la randonnée du défilé de Las Xanas.

Les "Xanas" sont des nymphes d'eaux douces de petite stature, avec une longue chevelure blonde, et qui sont d'une extraordinaire beauté... Ces êtres de la mythologie asturienne sortaient au cours de la nuit de la saint Jean pour rompre leur isolement. Elles dansaient, lavaient leur linge et l'étendaient... Elles possédaient un immense trésor qu'elles utilisaient pour payer ceux qui leurs rendaient service, en particulier les bergers des environs. Cependant il ne fallait surtout pas qu'ils ouvrent leurs cadeaux avant le retour à la maison, sinon ceux-ci perdaient immédiatement toute leur valeur.

La tradition populaire associe ces personnages de la mythologie asturienne, au secteur dans lequel s'écoule le ruisseau "Las Xanas", et leur attribue les travaux de creusement d'immenses masses de roches calcaires qui ont ainsi créé le défilé de las Xanas au pied duquel nous nous trouvons.

Les travaux de construction d'une route excavée dans la roche ont débuté au cours des années 30. Cette route devait relier Pedroveya, Rebollada et Dosango avec la vallée de la rivière Trubia, mais les travaux n'ont jamais été terminés. Il ne subsiste donc qu'un chemin spectaculaire qui fait aujourd'hui le bonheur des randonneurs. Cet itinéraire est à ne pas manquer, pour les amateurs qui passent dans le secteur, et c'est donc cette randonnée que nous avons programmée pour demain...

Mercredi 4 mai 2022

Nous partons, sacs sur le dos dès 8H00 du matin pour le "Desfiladero Las Xanas" comme il est indiqué sur les panneaux. Au bout d'une petite demi-heure de marche, nous traversons un premier tunnel

Quelques minutes plus tard, nous découvrons des passages du chemin qui ont été excavés à flanc de montagne...

Nous passons encore à l'intérieur d'un tunnel, nous franchissons une passerelle, et nous découvrons les ruines d'un moulin où subsistent deux belles meules.

Au bout de deux heures de marche, nous passons devant l'église San Antonio de Pedroveya qui se situe sur une croupe avant d'arriver au village de Pedroveya.

San Antonio de PedroveyaSan Antonio de PedroveyaPedroveya

Nous traversons le village de Pedroveya où nous découvrons de splendides "horreos", particulièrement représentatifs de l'architecture traditionnelle locale. Les épis de maïs suspendus aux balcons ajoutent un charme particulier qui fera de la traversée de ce village, un des points forts de notre randonnée.

Pedroveya Pedroveya Pedroveya

Nous rentrons en faisant une boucle par le village de Dosango qui ne présente pas autant d'intérêt que le précédent, et nous sommes de retour au point de départ pour 11H45.

Nous prenons la route à 14H10 en revenant par Oviedo avant de retrouver le soleil sur la côte, alors que sur notre droite, les Picos de Europa restent enveloppés par les nuages.

Nous nous arrêtons pour passer la soirée et dormir sur l'aire de stationnement des camping-cars de Cabarceno (43°21'29.4" Nord - 3°49'09.1" Ouest), qui se trouve au bord d'un lac, juste à côté du splendide parc animalier que nous avions visité en mai 2019.

Jeudi 5 mai 2022

Nous quittons Caberceno à 8H15 et rentrons par l'autoroute en passant par Bilbao, et nous sommes de retour à Itxassou à 11h25, au terme d'un splendide périple de 2109km

 

Nos sorties

Camping-car

jpdugene.com