Phortse - Pangboche

Jeudi 3 novembre 2011- Dénivelé ascendant 850m - Dénivelé descendant 715m - Distance 5,900km

Carte Phortse - Pangboche

Ce matin, tout le monde est levé avant l'heure... Certaines personnes du groupe ont eu du mal à dormir, probablement à cause de l'altitude, mais pour ce qui nous concerne, nous pouvons dire que tout va bien. Comme nous approchons des 4000m d'altitude, Christiane et moi-même prenons 1/2 comprimé de "Diamox" le matin et nous en reprendrons un à la mi-journée. Ce médicament, généralement utilisé comme diurétique, est pris ici pour éviter les symptômes du mal des montagnes. Est-ce grâce à ce produit? En tous cas, nous sommes passés au travers de tous problèmes médicaux, mis à part un bon rhume que d'ailleurs personne n'a pu éviter...

Les nuages nous cachent le soleil, et son apparition nous rendrait la vie un peu plus facile, car le froid et le vent commencent à solliciter vraiment nos organismes... Cependant, le givre qui a enveloppé le paysage nous donne l'occasion de faire quelques jolies photos...

Le givre enveloppe le paysage...

Les galettes tartinées avec du miel, trempées dans un bon thé chaud nous donnent cependant assez d'énergie pour un départ à 8H30, en remontant les sentiers très raides qui sillonnent le village de Phortse.

Nous quittons PhortseDernier regard sur Phortse

Dès la sortie du village, le sentier balcon qui nous conduira jusqu'à Pangboche est agréable. Les marches d'escalier se font plus rares, ce qui est loin de nous déplaire... Pangboche est le dernier village d'habitat permanent du Haut Khumbu. L'Ama Dablam se dresse magnifiquement devant nous, du haut de ses 6814m d'altitude...

L'Ama Dablam

Nous apercevons un vautour qui plane au-dessus de la vallée. Nous voyons à proximité de notre chemin, quelques belles chèvres sauvages qui sont appelées Tahr de l'Himalaya , ou Jharal; en latin "Hemitragus jemlahicus"... Elles ont de superbes poils très longs, elles sont courtes sur pattes et trapues.

Les chèvres sauvages...Quelle belle toison!

Il est 11H45 lorsque nous arrivons à Pangboche, où nous bénéficierons d'un logement relativement confortable, l'Everest View Lodge, à 3985m d'altitude.

Arrivée à Pangboche.

Une pierre gravée en forme de fleur de lotus, symbole de pureté.Une maison de Pangboche.

Everest View LodgeLa salle commune avec le poêle placé au centre de la pièce.

Nous assistons au passage du boucher, qui transporte un quartier de viande dans sa "dhoko", et le découpe à la demande des clients, sous la surveillance aussi rapprochée qu'intéressée des corbeaux. La dhoko est la hotte en vannerie de bambou, portée sur le dos et retenue par un bandeau frontal, qu'utilisent les porteurs, mais aussi toute la population pour transporter toutes sortes de choses.

Le boucher...

Les corbeaux se feraient bien clients de cette boucherie appétissante...

Les mamans portent également leur bébé dans un berceau en vannerie, qu'elles placent dans leur dos avec un bandeau sur la tête.

Les mamans portent également leur bébé dans un berceau en vannerie, qu'elles placent dans leur dos avec un bandeau sur la tête.

L'après-midi, nous allons visiter un vieux monastère tenu par un moine sacristain qui ne cesse de grommeler des prières, d'un voix monocorde placée dans une tessiture très grave. Et lui aussi nous montre la tête d'un yéti, et même les ossements d'une patte (toujours en échange de quelques roupies...) !

Masque à l'intérieur du monastère.
Remarquer les billets placés derrière les coupelles...

Nous montons au sommet du village pour rendre visite aux écoliers. il y a sept professeurs dans l'école, pour cinq niveaux de classe. Les élèvent apprennent le népalais, l'anglais, l'histoire et les mathématiques. Ils bénéficient aussi d'une heure d'éducation musicale hebdomadaire. L'école est fermée pendant deux mois en hiver.

Une salle de classe à Pangboche.

En soirée, le repas est partagé dans la salle commune au centre de laquelle se trouve le poêle. C'est aussi le lieu où la famille qui tient le lodge se retrouve en soirée. Enfants, maman, grand-mère, nous donnent une leçon de simplicité pour vivre le bonheur au quotidien, autour d'un simple feu qui réchauffe beaucoup plus que les corps... Cette soirée sera celle qui nous permettra d'approcher le plus la vie quotidienne des populations de la vallée du Haut Khumbu, et nous en gardons un souvenir ému.

Nous évitons de manger trop de pizza au fromage de nak et au thon, et bien nous en a pris, car plusieurs personnes du groupe ont été malades durant la nuit et le lendemain... Nous avons eu la chance de passer encore une fois au travers des problèmes médicaux...

Jour suivant Kala Patthar Randonnées jpdugene.com