Des Pyrénées à l'Himalaya

Samedi 29 octobre 2011

Nous décollons de Biarritz à 9H00, pour atterrir à Orly. Le transfert vers Roissy se passe sans problème en utilisant les bus Air-France (ligne 3 - 19€/pers - 1H30) qui nous dépose devant le terminal 1.

Vers 16H00, nous nous envolons pour Doha sur un Airbus A340 de la compagnie Quatar-Airlines. Décollage et atterrissage en douceur, confort, repas et prestations à bord sont irréprochables. Nous survolons le lac de Genève, Innsbruck, puis la Croatie (vue sur Sofia) avant de passer sur la mer Égée, puis la Turquie et la Méditerranée. Nous frôlons l'extrémité Est de l'île de Chypre, et nous voyons Tripoli avant de traverser la Jordanie et l'Arabie Saoudite. Nous faisons quatre tours de Doha avant de pouvoir nous poser, en raison de l'intensité du trafic. Nous avons tout le loisir de voir la ville illuminée, et de nous étonner de voir les autoroutes désertes éclairées par une multitude de candélabres... Ici il n'y a visiblement aucun souci d'économies d'énergie...

C'est maintenant un Airbus A320 de la même compagnie qui nous permet de rejoindre Katmandu, où nous faisons encore quatre tours avant d'atterrir à 9H30 heure locale. Nous avons eu la chance d'avoir une place près d'un hublot côté gauche, et nous avons pu ainsi profiter d'une superbe vue sur l'Himalaya à l'arrivée.

Vue sur l'Himalaya

Les formalités pour obtenir le visa ne demande qu'un peu de patience, et notre guide "Mingma" nous attend à la sortie de l'aéroport, ce qui nous évite d'être assaillis par une horde de Népalais qui souhaitent transporter nos bagages pour gagner quelques roupies...

Le transfert en autobus jusqu'à l'hôtel Yak & Yeti dure une trentaine de minutes, et nous découvrons immédiatement ce que signifie la réputation de Katmandu: ville la plus polluée du monde... La circulation est totalement anarchique, les baraques se mélangent aux immeubles, aux ruines et aux chantiers de construction... Les échafaudages en bambous qui fleurissent de toutes parts sont effrayants... Souks, boutiques, une marée humaine anime cette ville de 100 000 habitants.

Arrivés à l'hôtel, nous sommes dans une oasis de paix, et nous profitons immédiatement d'une douche bien méritée...

L'hôtel Yack & YetiLe parc de l'hôtel.

Le repas du soir, excellent, accompagné d'un spectacle de danses traditionnelles nous parait bien superflu, d'autant que nous nous couchons à minuit après une nuit sans sommeil dans l'avion...

Jour suivant Kala Patthar Randonnées jpdugene.com