Vik - Skaftafell - Svartifoss - Jokulsarlon - Höfn

Mardi 3 juillet 2018

Avant de quitter Vik, Jean Paul fait un petit tour pour profiter du paysage.

VikVik

Le chargement des bagages se fait en compagnie des coqs et des poules de la maison...

Départ de Vik

Alors que nous partons vers l'Est en longeant plus ou moins la côte, nous traversons les grandes plaines de Myrdalssandur. De très nombreux cours d'eau descendent du glacier Myrdalsjökull qui se trouve sur notre gauche.

Nous découvrons ensuite l'immense champ de lave d'Eldhraun (la "lave de feu" en islandais), une des plus grandes coulées de lave de l'histoire islandaise : 565km2. Cette coulée de lave s’est créée lors de la terrible éruption volcanique du Laki en 1783-1784, elle a produit 15 km3 de lave, ce qui en fait de loin la plus importante activité volcanique éruptive des temps historiques.

La mousse a colonisé la roche de la plaine littorale, et nous observons un paysage teinté de vert et de jaune sur des dizaines de kilomètres… Goumi s'écarte de la route pour nous permettre de profiter de ce spectacle étonnant. De façon totalement inattendue dans un biotope aussi particulier, je déniche une petite fleur blanche particulièrement discrète : la Montie des fontaines.

Champ de lave d'EldhraunChamp de lave d'EldhraunChamp de lave d'Eldhraun

Nous approchons du plus grand glacier d’Europe : le Vatnajökull.

Nous nous arrêtons à Skaftafell, au pied d'une langue glaciaire issu du Vatnajökull, nommée "Skaftafellsjökull".

Svinafellsjokull

Il est midi lorsque nous démarrons de Skaftafell pour une petite randonnée qui nous conduit tout d'abord à la cascade "Hundafoss".

Départ de SkaftafellHundafoss

Nous ne manquons pas de repérer quelques belles fleurs au passage, telles que la Platanthère hyperboréale, la Silène à une fleur, le Myosotis bicolore et la Potentille anserine.

Platanthère hyperboréalePotentille anserinePlatanthère hyperboréale

Le chemin se poursuit confortablement dans le  parc national de Skaftafell, et contourne un groupe de bâtiments aux toits de tourbe végétalisés.

Il est 13H00 lorsque qu'au détour du chemin nous atteignons une passerelle en bois depuis laquelle nous découvrons une magnifique cascade qui s'écoule au cœur d'un front de falaise basaltique de couleur noire. Avec seulement 12m de hauteur de chute, Svartifoss est pourtant une cascade à couper le souffle ! Son nom signifie "la cascade noire" en islandais. Nichée au cœur d'une forêt de bouleaux, de sorbiers et de saules, c'est précisément elle qui a inspiré l’architecte Guðjón Samúelsson lorsqu’il a dessiné l’emblématique église de Hallgrímskirkja de Reykjavik.

La passerelle en bois d'où nous découvrons SvartifossSvartifoss

Le sentier se prolonge sur la gauche et nous permet de nous approcher jusqu'à un belvédère aménagé au pied de la cascade.

SvartifossSvartifoss

Le spectacle des orgues est impressionnant, en particulier sur le côté gauche de la cascade où les colonnes basaltiques s'incurvent au sommet, mettant en évidence leur section hexagonale. Vraiment, c'est ici le grand spectacle de la nature islandaise, et nous éprouvons un véritable coup de cœur pour ce site exceptionnel !

Orgues basaltiquesMorceau de colone basaltique de section hexagonale

Nous nous remettons en route sur un sentier parfaitement balisé et entretenu par le parc national.

Skaftafellsjökull

Nous avons le plaisir de découvrir au passage la présence de plusieurs stations d'Orchis grenouille, et de découvrir la délicate Silène de Suède. Nous repérons également de beaux pieds de Céraiste des Alpes.

Orchis grenouilleOrchis grenouilleSilène de Suède

Il est 14H00 lorsque nous arrivons à Sjónarnípa, un belvédère situé à 330m d'altitude, qui nous offre un magnifique point de vue sur le glacier de Skaftafellsjökull. Snorri nous explique qu'il y a une vingtaine d'année, il n'y avait pas d'eau au pied du glacier... Pourtant aujourd'hui, c'est bien un lac que nous surplombons. Il ajoute qu'il y a 50 ans la langue de glacier qui se trouve à nos pieds rejoignait celle que nous pouvons apercevoir au loin en face de nous... Le changement climatique a visiblement des conséquences importantes sur les glaciers islandais, et donc sur l'ensemble de l'écosystème de l'île.

Le Skaftafellsjökull depuis SjónarnípaLe Skaftafellsjökull depuis SjónarnípaLe Skaftafellsjökull depuis Sjónarnípa

Le Skaftafellsjökull depuis SjónarnípaLe Skaftafellsjökull depuis SjónarnípaLe Skaftafellsjökull depuis Sjónarnípa

Nous avons la surprise de repérer Françoise et Yves qui sont en-dessous de nous sur le glacier, car ils participent à une marche sur glacier organisée au départ de Skaftafell. C'est surtout eux qui seront surpris lorsque nous leur montrerons les photos tout à l'heure...

Françoise et Yves (en vert fluo) qui sont en-dessous de nous sur le glacier

Après avoir bien profité du spectacle de la nature, nous descendons directement à Skaftafell que nous atteignons à 15h00 au terme de 8,500km de randonnée pour un dénivelé d'environ 400m . Nous mangeons sur place avant de reprendre la route.

Descente sur Skaftafell

Nous nous arrêtons à 16H40 pour aller voir le magnifique site de Jökulsárlón, ce qui signifie "lagune du glacier" en islandais. Il s'agit de la plus grande étendue d'eau résultant de la fonte d'un glacier en Islande. Il se trouve au Sud du glacier Vatnajökull entre le parc national du Vatnajökull et la ville de Höfn où nous dormirons ce soir. Apparu entre 1934 et 1935, sa superficie actuelle est d'environ 18 km2. Sa profondeur maximale de 260 mètres lui donne la première place parmi les lacs les plus profonds du pays. Le glacier se trouve actuellement à 7km de la mer, mais il recule de 70 à 100m/an !

JökulsárlónJökulsárlónJökulsárlón

JökulsárlónJökulsárlón

Nous profitons du spectacle surréaliste des blocs de glace qui se sont détachés du front du glacier Vatnajökull (plus précisément de la langue du Breiðamerkurjökull), et qui dérivent sur le lac pour rejoidre la mer. Les lumières changeantes et les couleurs contrastées induisent une ambiance empreinte de magie.

Jökulsárlón

JökulsárlónJökulsárlón

La transparence des glaçons qui flottent au fil de l'eau nous laisse deviner des monstres ou peut-être même des trolls et des elfes qui exécutent devant nous une danse immobile...

Elfe ou troll ?Elfe ou troll ?

Un couple d'Eider à duvet nous laisse le loisir de lui tirer un portrait, mais les phoques que nous apercevons furtivement ne nous permettront pas d'en faire autant ! 

Eider à duvet mâleEider à duvet femelle et son petitCouple d'Eider à duvet

Avant de quitter les lieux, nous constatons que de nombreux glaçons qui ont dérivé jusqu'à l'océan s'échouent sur la plage de sable noir.

De nombreux glaçons qui ont dérivé jusqu'à l'océan s'échouent sur la plage de sable noir.

Nous reprenons la route à 17H30 et nous arrivons à Höfn, bien fatigués de notre journée, à 18H45, après avoir parcouru environ 280km.

Les délicieuses côtelettes d'agneau que nous prépare Snorri pour le repas auront le pouvoir de nos requinquer...

Jour suivant Islande Randonnées jpdugene.com