Bastides et Castelnaux dans le Gers

Bouquet de jonquilles à la maison de l'ail à Saint-Clar-de-Lomagne.Le donjon de Bassoues

Vendredi 5 mars 2010

Nous quittons Bardos à 15H15, et nous prenons l'autoroute de Peyrehorade jusqu'à Tarbes.

Nous passons par Rabastens de Bigorre et Miélan pour rejoindre Auch, puis nous poursuivons jusqu'à Fleurance où nous virons à droite pour arriver à Saint-Clar-de-Lomagne. Cette Bastide, fondée en 1274 par partage entre Édouard 1er d'Angleterre et l'évêque de Lectoure Géraud de Monlezun, possède une superbe aire d'accueil pour les camping-cars, mais nous préférons aller nous installer à la maison de l'ail, étape France-Passion. Saint-Clar est la capitale de l'ail blanc, considéré comme la truffe blanche de la Lomagne...

L'accueil de la famille Gamot est chaleureux, et nous nous installons au beau milieu d'un parterre de Jonquilles pour passer une soirée on ne peut plus tranquille.

Installation au milieu des jonquilles...Il y a même des toilettes!

Samedi 6 mars 2010

Nous nous réveillons sous le soleil, et commençons par aller visiter la maison de l'ail en compagnie de la maîtresse de maison. C'est un lieu de découverte, d'exposition et de vente d'Ail. On y découvre une présentation historique de la culture et de la commercialisation de l'ail. On y trouve également une étonnante exposition de sculptures réalisées en peaux d'ail...

La production d'ail s'étale de juillet à octobre, et nous ne pouvons donc pas lui acheter de tresse consommable. Nous nous contentons donc de quelques pots d'ail en chemise...

 Nous notons que chaque année, Saint-Clar organise le traditionnel concours de l'ail le 3ème dimanche du mois d'août. Une fête de l'ail aura lieu le 27 juillet 2010 à la maison de l'ail, et il n'est pas exclu que nous revenions pour y participer...

Avant de quitter Saint-Clar, nous allons voir la halle couverte qui date du XIIIème siècle. Elle abrite la maison commune, datée du XIVème, mais qui fut reconstruite, avec son campanile, en 1818. C'est aujourd'hui la mairie de la commune.

L'entrée de la mairie.La halle couverte et la mairie de Saint-Clar.Détail de la charpente de la halle couverte.

Nous repartons par Fleurance et rejoignons Lectoure, ancienne cité gallo-romaine, principale résidence des comtes d'Armagnac. Ceinte de 2,700km de remparts, la cité est bâtie sur un promontoire exposé au Sud, à 180 mètres d'altitude, avec une superbe vue sur la chaîne des Pyrénées enneigée. Elle est dominée par la cathédrale Saint-Gervais, dont le clocher est flanqué d'une étonnante tour. Les constructions en pierre calcaire donnent une atmosphère méridionale à la cité.

La cathédrale Saint-Gervais de LectoureIntérieur de la cathédrale.Façade Ouest de la cathédrale.

Il est midi lorsque nous repartons pour La Romieu, bourg fortifié au XIIIème siècle sur la route de Saint Jacques de Compostelle, dominé par la collégiale Saint Pierre, à l'allure martiale, classée en 1998 monument historique et patrimoine mondial de l'humanité par l'UNECO. Sa nef est flanquée d'une tour octogonale et d'un donjon carré.

La collégiale Saint Pierre de La RomieuSa nef est flanquée d'une tour octogonale et d'un donjon carré.

C'est l'heure de la fermeture et nous ne faisons qu'apercevoir le cloître gothique.

Le cloître gothique

Nous promenant dans le bourg, nous traversons la place E. Bouet, et remarquons de nombreuses sculptures de chats sur les maisons. C'est un  sculpteur Orléanais, Maurice SERREAU, qui a placé ces chats en référence à la légende d'Angéline. Au XIVème siècle, Angéline, une enfant orpheline, vivait entourée de chats. Lorsque la disette sévit sur le village de 1342 à 1345, même les chats passèrent à la casserole... C'est ainsi que les rats se mirent à proliférer et à anéantir les récoltes. Angéline qui avait protégé ses chats put sauver le village de la famine en libérant une vingtaine de chatons qui mirent fin à l'invasion. Progressivement, les oreilles d'Angéline se transformèrent en oreilles de chat, comme on peut voir son buste sur la place E. Bouet.

Les oreilles d'Angéline se transformèrent en oreilles de chat, comme on peut voir son buste sur la place E. Bouet.

Vers 14H00, nous repartons pour Condom. La cathédrale possède un très beau portail sud de style gothique flamboyant. Nous observons avec attention ses 24 statuettes installées dans les niches des voussures.

La cathédrale possède un très beau portail sud de style gothique flamboyant.Nous observons avec attention ses 24 statuettes installées dans les niches des voussures.

Ensuite, nous visitons le cloître de la cathédrale Saint Pierre qui date du XVIème siècle, et garde quelques clés de voûte polychromes.

Le cloître de la cathédrale Saint Pierre.

Nous passons par l'abbaye de Flaran, peu avant Valence sur Baïse, puis Cassaigne, pour arriver à Larressingle, minuscule village médiéval. Nous sommes séduits par sa magnifique enceinte fortifiée du XIIIème. Nous franchissons les douves pour passer la porte fortifiée. A l'intérieur, nous découvrons les ruines du donjon du château, haut de trois étages, et l'étonnante chapelle romane qui lui fait face.

L'église romane

Nous allons ensuite visiter Fourcès, bastide du XIIIème siècle, une des rares à être circulaire. La place centrale arborée est entourée d'un bel ensemble architectural, avec des couverts à colombages, et des arches de pierre ou de bois. C'est à Fourcès que se tient le plus grand marché aux fleurs de tout le Sud Ouest les 26 et 27 avril.

La bastide circulaire de Fourcès

Nous repartons vers le Sud jusqu'à Montréal en direction d'Eauze, et nous allons visiter les vestiges de la villa gallo-romaine de Séviac. En hiver, les mosaïques sont recouvertes de sable afin de les protéger contre le gel. Nous ne sommes qu'au mois de mars, et nous ne profitons donc pas de la totalité des mosaïques, ce qui nous laisse quand même un peu sur notre faim...

Nous passons à côté de Gondrin pour rejoindre une nouvelle aire France-Passion à Polignac. Bien accueillis, nous dégustons et nous achetons du floc de Gascogne de la propriété. Nous apprenons que le hameau est presque exclusivement habité par des anglais...  Selon notre hôtesse, les relations de voisinage sont bonnes. Pour ces expatriés, l'éloignement de la terre natale commence a être un peu difficile à vivre...

Nous faisons un petit tour à pied, et apprécions le calme des lieux, ainsi que la qualité architecturale des maisons restaurées par ces nouveaux habitants.

Une des propriétés de Polignac, restaurée par des anglais.

Dimanche 7 mars 2010

Dès 9H00, nous quittons le domaine de Polignac, car les coqs nous ont réveillés aux aurores. La nuit fut cependant hyper calme et nous étions parfaitement installés. Nous repassons par Gondrin pour rejoindre Eauze où nous cherchons à acheter du Tariquet, mais sans succès... La place d'Armagnac est en travaux et nous reprenons donc rapidement notre route en direction de Auch, avant de prendre la D20 sur notre gauche pour rejoindre Aignan.

Nous faisons une halte à Beaumarchés où débute la "Route des Bastides et Castelnaux". Nous observons particulièrement l'église gothique, où la tour-porche est ceinte d'une galerie décorée d'une superbe frise représentant des têtes de personnes et d'animaux.

L'église de Beaumarchésla tour-porche est ceinte d'une galerie décorée d'une superbe frise

Une superbe frise représentant des têtes de personnes et d'animaux.

Nous continuons sur la route des bastides jusqu'au village de Bassouès, dominé par un immense donjon du XIVème siècle. Au cœur du village, nous découvrons la magnifique halle couverte entourée de superbes maisons à colombages.

Le donjon de Bassouès

Maisons à colombages

La halle couverte de Bassouès

Nous revenons un peu sur nos pas et prenons la D943 en direction de Marciac. Nous nous arrêtons pour manger à Laveraët, sur une toute petite route derrière l'église, exposée plein Sud.

Nous rentrons par Marciac, Maubourguet, Lembeye et prenons l'autoroute à Pau. Il est 16H00 lorsque nous arrivons à Bardos, au terme d' un périple de 600km.

Nos sorties

Camping-car

jpdugene.com