Mercredi 14 avril 2004

 9H30 Nous quittons l'hôtel à pied et traversons Llança ( Nord-Ouest). Nous sortons du village en direction du Sud, sur le tracé du GR11 (10H00), dans le vallon du "Rec d'en Prim". Nous quittons les Albères pour pénétrer dans la Sierra de Rodes.

10H27 - 120m Après avoir franchi le ruisseau, le chemin s'élève en crête entre deux superbes murs.

11H04 - 380m Nous arrivons au "Coll del Perer", d'où nous découvrons une superbe vue sur le monastère Sant Pere de Rodes. Hélas le temps est nuageux...

Après une petite pause, nous repartons au Sud-Ouest pour rejoindre la ligne de crête (11H31 - 475m).

11H55 Juste avant de rejoindre une route goudronnée, Franck (notre guide) me montre sur la gauche le dolmen de la Pallera.

Dolmen de la Pallera.

Nous montons sur la route, et cent mètres plus loin, nous montons sur un sentier à droite, constitué de larges marches en pierre.

12H10 Nous atteignons les ruines du village médiéval de Santa Creu de Rodes et son église qui est enregistrée depuis l'année 974 en tant que propriété du monastère Sant Pere de Rodes voisin.

  Ce temple préroman accueillait la population des alentours plus ou moins proches, qui habitait sur les terres du monastère. En 1113, elle devint paroisse mais perdit cette fonction au XVIème siècle, car les environs s'étaient dépeuplés. Il est probable que les habitants soient partis à la conquête de Mallorca et aient fondé dans la Cité le quartier de Santa Creu. Cependant, l'église se maintint comme sanctuaire consacré à Santa Helena, culte qui allait de pair avec celui de la Vera Creu. En 1880, on y célébra le dernier pèlerinage.

Les ruines du village sont encore bien visibles, avec des vestiges de petites maisons regroupées dans une enceinte protégée par deux tours-portail, sur le chemin empierré qui conduisait au monastère. L'église pré-romane avait à l'origine un plan en croix: une nef, un transept séparé et une abside rectangulaire, le tout recouvert de voûtes. Une tour quadrangulaire se dresse au-dessus de l'extrémité Est de la nef. Par la suite, on y ajouta, aux XIème et XVème siècles, deux nefs latérales qui défigurèrent la structure primitive. Il s'agit là d'un exemple d'église datant d'avant le millénaire (probablement du IXème siècle) d'une très forte singularité. A remarquer surtout la décoration au moyen de morceaux de terre cuite et en pierre, qui est très particulière, surtout sur les murs de la tour.

La chapelle Santa Helena, et au fond, le château de Sant Salvador.

12H25 C'est sous la pluie que nous rejoignons le monastère Sant Pere de Rodes.

Monastere Sant Pere de Rodes.Port de la Selva à l'arrière plan.

Après un quart d'heure de pause, nous remettons les capes pour monter au Puig da Saverdera, où nous arrivons à 13H00 pour manger à l'abri d'une cave voûtée du château de Sant Salvador (670m).

Avant de redescendre nous montons au sommet pour "visiter" le château qui possède une enceinte fortifiée du XIIIème siècle et renferme les vestiges de l'église de Sant Salvador, datant du XIème siècle.

Vue sur Port de la Selva, avec les murs du château en premier plan.Monastere Sant Pere de Rodes.

14H08 Nous redescendons au monastère (14H30) où nous voyons une projection "historique", suivie de la visite du monastère.

L’église de Sant Pere de Rodes existait déjà au VIIIème siècle. Dès 878, on en parle comme d'une cellule dépendant du monastère de Banyoles. Au cours de la première moitié du Xème siècle, le grand magnat Tassi la prit sous sa protection; en 994 il obtint l'indépendance totale et son fils Hildesind (plus tard, évêque d’Elne) en fut nommé abbé. Le comte Gaufred d'Empùries - Rosselló lui fit d'importantes donations, tout particulièrement en 974 quand il lui céda de grands espaces de terrains situés tout autour. Et voilà pourquoi, dès le Xème siècle, Sant Pere de Rodes devint une des communautés bénédictines des plus puissantes du pays. Au début du XIème siècle, le monastère traversa une période critique, mais c'est au cours de cette période qu'eut lieu la consécration du temple en l'an 1022. Après avoir surmonté cette crise, son ascension se poursuivit jusqu'au XIVème siècle. Il obtint alors la pleine juridiction sur la ville de Llança, sur laquelle il jouissait déjà depuis le Xème siècle de droits importants. Ce fut aussi un centre de pèlerinage important; on en célébrait les Jubilées quand le jour de la Santa Creu tombait un vendredi. A partir du XVIème siècle, sa décadence s’accéléra; à la fin du XVIIIème siècle, la communauté abandonna l'ancien monastère et le processus de dégradation et de dévastation s'aggrava.

Cependant Sant Pere de Rodes est un des plus impressionnants monuments médiévaux de toute la Méditerranée occidentale. Dans ce grand ensemble architectural, on remarque surtout la basilique, construite au Xème siècle, totalement recouverte d'une voûte, avec trois nefs très hautes, un transept et trois absides. La nef centrale présente un double déambulatoire et aussi une crypte sous le presbytère. Sa construction commença du temps de Tassi (955) et l'on remarque le changement d'orientation introduit par Hildesind (991), en ce qui concerne la sculpture (de grands chapiteaux) et les colonnes, avec une solution très particulière à double ordre superposé à la nef centrale. Cette construction subit les influences de la tradition architecturale locale, d'origine romaine tardive, et les influences de l'art post-carolingien et des modèles italiens, surtout en provenance de Rome, fruits des contacts de l'abbaye avec la Papauté.

Chapiteau du cloître.Chapiteau de la basilique.

On y trouve d'autres vestiges du Xème siècle, tels que les communs autour du cloître, plus ou moins en ruines et restaurés, et la tour de défense. D'autres éléments appartiennent aux XIème et XIIème siècles (le parvis-porche de la basilique, la tour-chapelle de Sant Miquel, le clocher lombard, le cloître) ou à des époques postérieures. Au XIIème siècle, le portail de l'église fut décoré d'un ensemble de sculptures en marbre par le sculpteur ambulant connu sous le nom de "Mestre de Cabestany" qui travailla également en Navarre. Il a été dévasté et il n'en reste que des vestiges insignifiants.

Vue intérieure de la tour.Fenêtre de la tour avec une tête du Christ.

15H45 Avant de quitter les lieux, nous passons à la "Font dels Monjos" pour y boire un peu d'eau, ce qui nous garantit d'y revenir un jour. (A proximité un petit bâtiment en ruines servit d'hôpital et de refuges pour les pèlerins)

Nous descendons au Nord-Ouest en suivant le GR11. Nous dominons sur la droite, le joli village de la Selva de Mar, que je photographie avec de la Vipérine à feuilles étroites en premier plan...

La Selva de Mar, avec de la Vipérine en premier plan.

16H25 Après un dernier lacet de la route, nous nous arrêtons sur une éminence fortifiée qui surplombe un dolmen situé au bord du chemin.

17H04 Nous arrivons à Port de la Selva, où nous avons la surprise d'être accueillis par un couple de... perdrix!

17H38 Nous sommes à l'hôtel "Porto Cristo" où nous bénéficions d'une baignoire avec jacuzzi ! ! ! Super pour se refaire une santé...

Pour voir le site officiel de Port de la Selva.

Accueil Collioure - Cadaquès